Jacques Fadat
40 ans de créativité qui ont fait renaître l’art ancestral d’Aubusson

Tapisserie Olympe de Gouges
Tapisserie Olympe de Gouges
Jospéhine Baker
Jospéhine Baker

Jacques Fadat est l'auteur de plus de 380 projets tissés à Aubusson. De La Suite des Droits de l'Homme (1987) tissée d'après les œuvres de Richard Texier, soutenue par l'État et les mécènes, au projet Olympe de Gouges (2007), il a remis à l'honneur le grand art de la tenture tissée dont les derniers éclats avaient été donnés par Jean Lurçat avec Le Chant du monde.  

Il existe dans ses aspirations un fil rouge nous évoquant les images historiques des grands mouvements humanistes. L'un de ses plus récents projets, Olympe de Gouges, est consacré d'ailleurs aux grandes femmes qui firent l'histoire : Olympe de Gouges, Joséphine Baker, Louise Weiss, etc. 

Ces 17 tentures s'appuient sur les 17 articles de la 

« Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne» rédigée en 1791 par cette grande révolutionnaire qui prôna non seulement les droits de la femme mais l'égalité de tous les hommes par ses actions contre l'esclavagisme. »

L'œuvre et les orientations de Jacques Fadat reflètent une passion immodérée pour l'esprit et l'humanité. Une autre création remontant au tournant des siècles, nous immerge dans le cheminement des pèlerins de Compostelle. Il imagine au travers des témoignages de pèlerins, les étapes du pèlerinage de Compostelle dans une suite à la flamboyance des paysages du Sud, de 27 tapisseries intitulées Les Fils de Compostelle (2000).

Les  Fils de Compostelle 

Éclats d’eau
Éclats d’eau
Le Grand sceau des États-Unis présenté à la mairie de Paris
Le Grand sceau des États-Unis présenté à la mairie de Paris

Cet investissement artistique comme reflet des grandes réflexions de notre époque, dont l'environnement, s'était déjà exprimé dans les années 1990 dans Éclats d'eau, réalisé en partenariat avec la fondation Nicolas Hulot et les artistes Gast Michels et Rico Sequeira.

Il poursuit cette affection envers l'Histoire et les personnalités qui l'ont parsemée, les territoires qu'elles ont parcourus, en tissant leurs armes : armoiries de Marie Stuart d'Ecosse, blasons de Marseille, Saint-Raphaël, Saumur, etc. Jacques Fadat porte ce langage ancestral et nomade qu'est l'art du tissage - connu depuis des millénaires de l'Amérique du sud au Proche-Orient et au continent indien - à l'universalité de son essence aux travers de thèmes mondialement connus. Ainsi, le tissage d'Aubusson devient le vecteur luxueux de grandes histoires : tissage du blason de Ferrari ou encore les armoiries des champagnes Canard-Duchêne. Mais c'est en 1983, avec la tombée de métier du Grand Sceau des États-Unis (adapté de l'œuvre de l'héraldiste Francis de Vallée), qu'une autre aventure, sous les auspices de l'amitié franco-américaine, naît. Jacques Chirac, alors maire de Paris, offrira l'œuvre - toujours exposée à la Maison blanche - au Président Reagan

Canard-Duchêne
Canard-Duchêne

« Comprendre l'art tissé, c'est essayer de comprendre l'humanité dans son temps et son espace. »