La tapisserie du dollar
Le dollar le plus cher du monde

Le dollar tissé
Le dollar tissé

Cette œuvre unique représente le billet d'un dollar U.S. le plus grand du monde mais ne mesure pourtant que 41 x 92 cm. La valeur de cette pièce ne s'estime pas seulement à l'aulne de son originalité.

Tissé entre 1983 et 1984, cette tapisserie sort aujourd'hui d'une collection privée pour démontrer, une fois encore, l'excellence de l'art de la tapisserie d'Aubusson.

Si d'autres artistes se sont intéressés à la symbolique du « billet vert », dans la face, le recto, la plus mondialement connue, bien plus culturelle que simplement monétaire, ils ne l'utilisèrent souvent que comme support. Cette représentation de Georges Washington : Père fondateur des États-Unis d'Amérique, rédacteur de leur Constitution et également citoyen français raisonne bien dans la genèse et les inspirations de l'œuvre de Jacques Fadat : universalisme, liberté et égalité des peuples et des nations.

La tapisserie à l'échelle du billet
La tapisserie à l'échelle du billet

La tapisserie du dollar vise en fait la prouesse des exécutions les plus fines de l'art du tissage - ici, par les maîtres-lissiers Jean-Charles Tartière et André Chaulet- en une des iconographies les plus difficiles à réaliser de par la différence d'échelle mais aussi sa célébrité.

Dès sa tombée de métier, l'œuvre fait la une de la presse et des journaux télévisés.

La tapisserie présentée au journal télévisé d'Yves Mourousi
La tapisserie présentée au journal télévisé d'Yves Mourousi

Outre la portée universelle de son thème, c'est la qualité d'exécution qui donne toute la valeur de cette œuvre. Conçue en laine (chaîne et trame) et en fil de soie, elle acquiert de ce noble matériau une brillance, une solidité mais aussi une finesse qu'aujourd'hui aucune tapisserie contemporaine offre. Il a fallu six mois de travail aux lissiers pour réaliser cette œuvre tissée selon la méthode ancienne du « point de 34 » lui donnant une densité de près de 25 000 nœuds au m2. Le recourt au fil de soie étant traditionnellement utilisé à Aubusson pour dessiner ou rehausser les détails les plus fins : un visage, un vêtement, des pétales.

La prouesse technique et la singularité de la pièce ne se limitent pas au grand art du tissage, afin de rendre l'image originelle dans tous ses détails, il a fallu opter pour une technique nouvelle : composer un carton (modèle qu'utilise le lissier) depuis un négatif agrandi afin de rendre les moindres détails du billet à la grandeur voulue. Toutes les nuances de gris nécessaires au rendu du visage et des ornements ainsi que le fameux « vert » du billet furent étudiés et inventés en teinture de laine par les maîtres teinturiers d'Aubusson.

Jacques Fadat présentant la tapisserie
Jacques Fadat présentant la tapisserie

À l'image de son inspiration qui traverse pays et océans, cette prestigieuse pièce est à nouveau destinée à connaître le nomadisme de l'art ancestral de la tapisserie et trouver un nouveau grand collectionneur.